Selected Prose of Oscar Wilde eBook

This eBook from the Gutenberg Project consists of approximately 117 pages of information about Selected Prose of Oscar Wilde.

THE TETRARCH’S TREASURE

Moi, je suis tres calme.  Je suis tout a fait calme.  Ecoutez.  J’ai des bijoux caches ici que meme votre mere n’a jamais vus, des bijoux tout a fait extraordinaires.  J’ai un collier de perles a quatre rangs.  On dirait des lunes enchainees de rayons d’argent.  On dirait cinquante lunes captives dans un filet d’or.  Une reine l’a porte sur l’ivoire de ses seins.  Toi, quand tu le porteras, tu seras aussi belle qu’une reine.  J’ai des amethystes de deux especes.  Une qui est noire comme le vin.  L’autre qui est rouge comme du vin qu’on a colore avec de l’eau.  J’ai des topazes jaunes comme les yeux des tigres, et des topazes roses comme les yeux des pigeons, et des topazes vertes comme les yeux des chats.  J’ai des opales qui brulent toujours avec une flamme qui est tres froide, des opales qui attristent les esprits et ont peur des tenebres.  J’ai des onyx semblables aux prunelles d’une morte.  J’ai des selenites qui changent quand la lune change et deviennent pales quand elles voient le soleil.  J’ai des saphirs grands comme des oeufs et bleus comme des fleurs bleues.  La mer erre dedans, et la lune ne vient jamais troubler le bleu de ses flots.  J’ai des chrysolithes et des beryls, j’ai des chrysoprases et des rubis, j’ai des sardonyx et des hyacinthes, et des calcedoines et je vous les donnerai tous, mais tous, et j’ajouterai d’autres choses.  Le roi des Indes vient justement de m’envoyer quatre eventails faits de plumes de perroquets, et le roi de Numidie une robe faite de plumes d’autruche.  J’ai un cristal qu’il n’est pas permis aux femmes de voir et que meme les jeunes hommes ne doivent regarder qu’apres avoir ete flagelles de verges.  Dans un coffret de nacre j’ai trois turquoises merveilleuses.  Quand on les porte sur le front on peut imaginer des choses qui n’existent pas, et quand on les porte dans la main on peut rendre les femmes steriles.  Ce sont des tresors de grande valeur.  Ce sont des tresors sans prix.  Et ce n’est pas tout.  Dans un coffret d’ebene j’ai deux coupes d’ambre qui ressemblent a des pommes d’or.  Si un ennemi verse du poison dans ces coupes elles deviennent comme des pommes d’argent.  Dans un coffret incruste d’ambre j’ai des sandales incrustees de verre.  J’ai des manteaux qui viennent du pays des Seres et des bracelets garnis d’escarboucles et de jade qui viennent de la ville d’Euphrate. . .  Enfin, que veux-tu, Salome?  Dis-moi ce que tu desires et je te le donnerai.  Je te donnerai tout ce que tu demanderas, sauf une chose.  Je te donnerai tout ce que je possede, sauf une vie.  Je te donnerai le manteau du grand pretre.  Je te donnerai le voile du sanctuaire.—­Salome.

SALOME ANTICIPATES DR. STRAUSS

Copyrights
Project Gutenberg
Selected Prose of Oscar Wilde from Project Gutenberg. Public domain.
Follow Us on Facebook