Bataille de dames eBook

This eBook from the Gutenberg Project consists of approximately 95 pages of information about Bataille de dames.

LEONIE.  Une douzaine de gendarmes dans la cour du chateau.

LA COMTESSE.  Bien.

LEONIE.  Une trentaine de dragons en dehors, autour des fosses[156] et devant la grande porte.

LA COMTESSE.  Tres bien!

LEONIE.  Par exemple,[157] ils ont oublie de garder la porte des ecuries et remises qui donne[158] sur la campagne.

LA COMTESSE, souriant.  Tu crois!...  Je reconnais bien la monsieur de
Montrichard ...

LEONIE.  Vous en doutez ... ma tante?... (La conduisant vers la porte a gauche qui est restee ouverte.) Par la croisee de cette chambre qui donne sur la grande route, regardez ... pas un seul soldat!

LA COMTESSE.  Non! mais a vingt pas plus loin, ne vois-tu pas le bouquet de bois?[159] ...  Il doit y avoir la une embuscade.

LEONIE.  Comment supposer.... (Poussant un cri.) Ah! mon dieu! j’ai vu au dessus d’un buisson le chapeau galonne[160] d’un gendarme....

LA COMTESSE.  Quand je[161] te le disais....

LEONIE.  Ah! je comprends!... on voulait l’engager a fuir de ce cote....

LA COMTESSE.  Pour mieux le saisir ... precisement....  Merci, monsieur le baron! le moyen est bon, et il pourra nous servir!

LEONIE.  Comment?

LA COMTESSE.  Fie-toi a moi....  J’entends monsieur de Grignon ... va dire a Jean, le palefrenier, de mettre les chevaux a la caleche ...

LEONIE.  Mais, ma tante ...

LA COMTESSE.  Va, ma fille, va!... (Leonie sort par la porte de gauche.)

SCENE II

LA COMTESSE, DE GRIGNON, entrant mysterieusement sur la pointe des pieds.

DE GRIGNON.  Me voici, madame, fidele au rendez-vous que vous m’avez donne!... (Il va prendre une chaise.)

LA COMTESSE, avec amabilite.  Je vous attendais ...

DE GRIGNON, avec joie.  Vous m’attendiez!...

LA COMTESSE.  Et tout en vous attendant, je revais ...

DE GRIGNON.  A qui?

LA COMTESSE.  A vous!...

DE GRIGNON.  Est-il possible!...

LA COMTESSE.  Oui, a ce caractere chevaleresque, a ce besoin de danger, qui vous tourmente....

DE GRIGNON.  J’en conviens!

LA COMTESSE.  Et comme rien n’est plus contagieux que l’imagination, et que, grace au baron de Montrichard, j’ai l’esprit tout plein de conspirateurs et d’arrestations, j’etais la[162] a faire des chateaux en Espagne[163] ... de catastrophes ... je me figurais un pauvre proscrit condamne a mort....

DE GRIGNON.  Et vous etiez le proscrit.

LA COMTESSE.  Non, au contraire, c’est a moi qu’il venait demander asile.

DE GRIGNON.  C’est bien aussi....

LA COMTESSE.  Il m’apprenait qu’il avait une mere, une soeur....

DE GRIGNON.  Comme c’est vrai!

Copyrights
Project Gutenberg
Bataille de dames from Project Gutenberg. Public domain.
Follow Us on Facebook