Forgot your password?  

Resources for students & teachers

This eBook from the Gutenberg Project consists of approximately 177 pages of information about La Lgende des Sicles.
  Et qu’un hote n’est pas une bete feroce! 
  Le roi, les chevaliers, l’eveque avec sa crosse,
  Ils sont venus, j’ai dit:  Entrez; c’etaient des loups! 
  Est-ce qu’ils ont marche sur elle avec des clous
  Qu’elle est toute meurtrie?  Est-ce qu’ils l’ont battue? 
  Et voila maintenant nos filles qu’on nous tue
  Pour voler un vieux casque en vieil or de ducat! 
  Je voudrais que quelqu’un d’honnete m’expliquat
  Cet evenement-ci, voila ma fille morte! 
  Dire qu’un empereur vient avec une escorte,
  Et que des gens nommes Farnese, Spinola,
  Malaspina, Cibo, font de ces choses-la,
  Et qu’on se met a cent, a mille, avec ce pretre,
  Ces femmes, pour venir prendre un enfant en traitre,
  Et que l’enfant est la, mort, et que c’est un jeu;
  C’est a se demander s’il est encore un Dieu,
  Et si, demain, apres de si laches desastres,
  Quelqu’un osera faire encor lever les astres! 
  M’avoir assassine ce petit etre-la! 
  Mais c’est affreux d’avoir a se mettre cela
  Dans la tete, que c’est fini, qu’ils l’ont tuee,
  Qu’elle est morte!—­Oh! ce fils de la prostituee,
  Ce Ratbert, comme il m’a hideusement trompe! 
  O Dieu! de quel demon est cet homme echappe? 
  Vraiment! est-ce donc trop esperer que de croire
  Qu’on ne va point, par ruse et par trahison noire,
  Massacrer des enfants, broyer des orphelins,
  Des anges, de clarte celeste encor tout pleins? 
  Mais c’est qu’elle est la, morte, immobile, insensible!
  je n’aurais jamais cru que cela fut possible. 
  Il faut etre le fils de cette infame Agnes! 
  Rois! j’avais tort jadis quand je vous epargnais;
  Quand, pouvant vous briser au front le diademe,
  je vous lachais, j’etais un scelerat moi-meme,
  j’etais un meurtrier d’avoir pitie de vous! 
  Oui, j’aurais du vous tordre entre mes serres, tous! 
  Est-ce qu’il est permis d’aller dans les abimes
  Reculer la limite effroyable des crimes
  De voler, oui, ce sont des vols, de faire un tas
  D’abominations, de maux et d’attentats,
  De tuer des enfants et de tuer des femmes,
  Sous pretexte qu’on fut, parmi les oriflammes
  Et les clairons, sacre devant le monde entier
  Par Urbain quatre, pape, et fils d’un savetier? 
  Que voulez-vous qu’on fasse a de tels miserables? 
  Avoir mis son doigt noir sur ces yeux adorables! 
  Ce chef-d’oeuvre du Dieu vivant, l’avoir detruit! 
  Quelle mamelle d’ombre et d’horreur et de nuit,
  Dieu juste, a donc ete de ce monstre nourrice? 
  Un tel homme suffit pour qu’un siecle pourrisse. 
  Plus de bien ni de mal, plus de droit, plus de lois. 
  Est-ce que le tonnerre est absent quelquefois? 
  Est-ce qu’il n’est pas temps que la foudre se prouve,
  Cieux profonds, en broyant ce chien, fils de la louve? 
  Oh! sois maudit, maudit, maudit, et sois maudit,
  Ratbert, empereur, roi, cesar, escroc,
Follow Us on Facebook