La Légende des Siècles eBook

This eBook from the Gutenberg Project consists of approximately 177 pages of information about La Lgende des Sicles.

  L’aieul est le marquis d’Albenga, ce Fabrice
  Qui fut bon; cher au patre, aime du laboureur;
  Il fut, pour guerroyer le pape ou l’empereur,
  Commandeur de la mer et general des villes;
  Genes le fit abbe du peuple, et, des mains viles
  Ayant livre l’etat aux rois, il combattit. 
  Tout homme aupres de lui jadis semblait petit;
  L’antique Sparte etait sur son visage empreinte;
  La loyaute mettait sa cordiale etreinte
  Dans la main de cet homme a bien faire obstine. 
  Comme il etait batard d’Othon, dit le Non-Ne,

*       *       *       *       *
*       *       *       *       *
Les rois faisaient dedain de ce fils belliqueux;
Fabrice s’en vengeait en etant plus grand qu’eux. 
A vingt ans, il etait blond et beau; ce jeune homme
Avait l’air d’un tribun militaire de Rome;
Comme pour exprimer les detours du destin
Dont le heros triomphe, un graveur florentin
Avait sur son ecu sculpte le labyrinthe;
Les femmes l’admiraient, se montrant avec crainte
La tete de lion qu’il avait dans le dos. 
Il a vu les plus fiers, Requesens et Chandos,
Et Robert, avoue d’Arras, sieur de Bethune,
Fuir devant son epee et devant sa fortune;
Les princes palissaient de l’entendre gronder;
Un jour, il a force le pape a demander
Une fuite rapide aux galeres de Genes;
C’etait un grand briseur de lances et de chaines,
Guerroyant volontiers, mais surtout delivrant;
Il a par tous ete proclame le plus grand
D’un siecle fort auquel succede un siecle traitre;
Il a toujours fremi quand des bouches de pretre
Dans les sombres clairons de la guerre ont souffle;
Et souvent de saint Pierre il a tordu la cle
Dans la vieille serrure horrible de l’Eglise. 
Sa banniere cherchait la bourrasque et la bise;
Plus d’un monstre a grince des dents sous son talon,
Son bras se roidissait chaque fois qu’un felon
Deformait quelque etat populaire en royaume. 
Allant, venant dans l’ombre ainsi qu’un grand fantome,
Fier, levant dans la nuit son cimier flamboyant,
Homme auguste au dedans, ferme au dehors, ayant
En lui toute la gloire et toute la patrie,
Belle ame invulnerable et cependant meurtrie,
Sauvant les lois, gardant les murs, vengeant les droits,
Et sonnant dans la nuit sous tous les coups des rois,
Cinquante ans, ce soldat, dont la tete enfin plie,
Fut l’armure de fer de la vieille Italie,
Et ce noir siecle, a qui tout rayon semble ote,
Garde quelque lueur encor de son cote.

II

LE DEFAUT DE LA CUIRASSE

  Maintenant il est vieux; son donjon, c’est son cloitre;
  Il tombe, et, declinant, sent dans son ame croitre
  La confiance honnete et calme des grands coeurs;
  Le brave ne croit pas au lache, les vainqueurs
  Sont forts, et le heros est ignorant du

Copyrights
Project Gutenberg
La Légende des Siècles from Project Gutenberg. Public domain.
Follow Us on Facebook