La Légende des Siècles eBook

This eBook from the Gutenberg Project consists of approximately 177 pages of information about La Lgende des Sicles.
courir;
  Mourad, parmi la foule invitee a ses fetes,
  Passait, le cangiar a la main, et les tetes
  S’envolaient de son sabre ainsi que des oiseaux;
  Mourad, qui ruina Delphe, Ancyre et Naxos,
  Comme on cueille un fruit mur tuait une province;
  Il aneantissait le peuple avec le prince,
  Les temples et les dieux, les rois et les donjons;
  L’eau n’a pas plus d’essaims d’insectes dans ses joncs
  Qu’il n’avait de rois et de spectres epiques
  Volant autour de lui dans les forets de piques;
  Mourad, fils etoile de sultans triomphants,
  Ouvrit, l’un apres l’autre et vivants, douze enfants
  Pour trouver dans leur ventre une pomme volee;
  Mourad fut magnanime; il detruisit Elee,
  Megare et Famagouste avec l’aide d’Allah;
  Il effaca de terre Agrigente; il brula
  Fiume et Rhode, voulant avoir des femmes blanches;
  Il fit scier son oncle Achmet entre deux planches
  De cedre, afin de faire honneur a ce vieillard;
  Mourad fut sage et fort; son pere mourut tard,
  Mourad l’aida; ce pere avait laisse vingt femmes,
  Filles d’Europe ayant dans leurs regards des ames,
  Ou filles de Tiflis au sein blanc, au teint clair;
  Sultan Mourad jeta ces femmes a la mer
  Dans des sacs convulsifs que la houle profonde
  Emporta, se tordant confusement dans l’onde;
  Mourad les fit noyer toutes; ce fut sa loi.

* * * * *

D’Aden et d’Erzeroum il fit de larges fosses,
Un charnier de Modon vaincue, et trois amas
De cadavres d’Alep, de Brousse et de Damas;
Un jour, tirant de l’arc, il prit son fils pour cible,
Et le tua; Mourad sultan fut invincible;
Vlad, boyard de Tarvis, appele Belzebuth,
Refuse de payer au sultan son tribut,
Prend l’ambassade turque et la fait perir toute
Sur trente pals, plantes aux deux bords d’une route;
Mourad accourt, brulant moissons, granges, greniers,
Bat le boyard, lui fait vingt mille prisonniers,
Puis, autour de l’immense et noir champ de bataille,
Batit un large mur tout en pierre de taille,
Et fait dans les creneaux, pleins d’affreux cris plaintifs,
Maconner et murer les vingt mille captifs,
Laissant des trous par ou l’on voit leurs yeux dans l’ombre,
Et part, apres avoir ecrit sur leur mur sombre: 
‘Mourad, tailleur de pierre, a Vlad, planteur de pieux.’ 
Mourad etait croyant, Mourad etait pieux;
Il brula cent couvents de chretiens en Eubee,
Ou par hasard sa foudre etait un jour tombee;
Mourad fut quarante ans l’eclatant meurtrier
Sabrant le monde, ayant Dieu sous son etrier;
Il eut le Rhamseion et le Generalife;
Il fut le padischah, l’empereur, le calife,
Et les pretres disaient; ‘Allah!  Mourad est grand.’

II

Copyrights
Project Gutenberg
La Légende des Siècles from Project Gutenberg. Public domain.
Follow Us on Facebook