La Légende des Siècles eBook

This eBook from the Gutenberg Project consists of approximately 177 pages of information about La Lgende des Sicles.
Cependant les heros, assis dans les broussailles,
S’aident a delacer leurs capuchons de mailles,
Se lavent le visage, et causent un moment. 
Le batelier revient, il a fait promptement;
L’homme a vu le vieux comte; il rapporte une epee
Et du vin, de ce vin qu’aimait le grand Pompee
Et que Tournon recolte au flanc de son vieux mont. 
L’epee est cette illustre et fiere Closamont,
Que d’autres quelquefois appellent Haute-Claire. 
L’homme a fui.  Les heros achevent sans colere
Ce qu’ils disaient, le ciel rayonne au-dessus d’eux;
Olivier verse a boire a Roland; puis tous deux
Marchent droit l’un vers l’autre, et le duel recommence. 
Voila que par degres de sa sombre demence
Le combat les enivre, il leur revient au coeur
Ce je ne sais quel dieu qui veut qu’on soit vainqueur,
Et qui, s’exasperant aux armures frappees,
Mele l’eclair des yeux aux lueurs des epees.

Ils combattent, versant a flots leur sang vermeil. 
Le jour entier se passe ainsi.  Mais le soleil
Baisse vers l’horizon.  La nuit vient.

        
                            —­Camarade,

Dit Roland, je ne sais, mais je me sens malade. 
Je ne me soutiens plus, et je voudrais un peu
De repos.

         —­Je pretends, avec l’aide de Dieu,

Dit le bel Olivier, le sourire a la levre,
Vous vaincre par l’epee et non point par la fievre. 
Dormez sur l’herbe verte; et, cette nuit, Roland,
je vous eventerai de mon panache blanc. 
Couchez-vous et dormez.

                 —­Vassal, ton ame est neuve,

Dit Roland.  Je riais, je faisais une epreuve. 
Sans m’arreter et sans me reposer, je puis
Combattre quatre jours encore, et quatre nuits.

Le duel reprend.  La mort plane, le sang ruisselle. 
Durandal heurte et suit Closamont; l’etincelle
Jaillit de toutes parts sous leurs coups repetes. 
L’ombre autour d’eux s’emplit de sinistres clartes. 
Ils frappent; le brouillard du fleuve monte et fume;
Le voyageur s’effraie et croit voir dans la brume
D’etranges bucherons qui travaillent la nuit.

  Le jour nait, le combat continue a grand bruit;
  La pale nuit revient, ils combattent; l’aurore
  Reparait dans les cieux, ils combattent encore.

  Nul repos.  Seulement, vers le troisieme soir,
  Sous un arbre, en causant, ils sont alles s’asseoir;
  Puis ont recommence.

                        Le vieux Gerard dans Vienne
  Attend depuis trois jours que son enfant revienne. 
  Il envoie un devin regarder sur les tours;
  Le devin dit:  Seigneur, ils combattent toujours.

Copyrights
Project Gutenberg
La Légende des Siècles from Project Gutenberg. Public domain.
Follow Us on Facebook